FOCUS : LE FILM DU MOIS D’AOÛT

LE POIRIER SAUVAGE
Film turc de Nuri Bilge Ceylan (2018 - 3h08min - VOSTFR)
avec Dogu Demirkol, Murat Cemcir, Bennu Yıldırımlar, Hazar Ergüçlü......

Voilà un petit bijou de cinéma, un film fleuve sur l’essentiel : l’essence de la vie, la filiation. Une fresque familiale intimiste d’une ampleur, d’une richesse, d’une profondeur et d’une beauté visuelle renversante. Le Poirier sauvage nous parle de l’existence et de ce qui fait de nous les gens que nous sommes aujourd’hui. Est-ce la famille, les circonstances, le talent ou la société ?
Pour échapper à sa condition, Sinan a quitté sa province pour partir faire des études à la grande ville. Diplôme en poche mais boulot de prof compromis à l’instant T, le voilà de retour dans son village natal d’Anatolie pour tenter de finir et publier son premier roman. Instruit et passionné de littérature c’est un peu le choc des cultures. Une culture qui est (était ?) pourtant sienne. Retour aux sources où il va (re)croiser d’anciens amis, de vieilles connaissances. Et surtout le voilà confronté à son père, prof presque retraité, devenu joueur invétéré, au point d’emprunter sans jamais rendre, au point de voler, peut-être, au risque de déshonorer les siens… Comment pourrait-il concevoir que ce père réprouvé, crânant du mieux qu’il peut pour masquer sa déchéance, ait pu être, jadis comme lui : ardent, curieux et fou d’espoir ? Comme tous les fils, Sinan a évidemment plus en commun avec son géniteur qu’il n’aimerait bien le croire…
Après sa Palme d’or en 2014 pour Winter Sleep, le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan reviens avec ce film fleuve d’une ampleur presque anachronique. À notre époque où il faut être bref, où l’esquisse tient lieu de psychologie et où l’imaginaire s’estompe de plus en plus sous la vérité factice des faits divers, Ceylan, lui, continue de miser sur la durée. Et c’est cette durée qui lui permet de saisir, comme dans les romans d’apprentissage de jadis, le destin fluctuant et l’évolution progressive de personnages en butte à eux-mêmes, à la vie qu’ils mènent, à celle que la société leur fait mener. Le Poirier sauvage dure certes 188 minutes, mais Ceylan exploite très bien cette durée avec ce nouveau drame passionnant qu’on suit comme un roman filmé, comme une très bonne série TV. Ceylan est indéniablement un maître du drame familial moral, mais alors que la dynamique qui semblait le fasciner le plus jusque là était le rapport entre mari et femme, son nouveau film pose un regard foudroyant sur la paternité.
Alors oui ça dure trois heures, oui c’est très dialogué, oui ça demande un effort d’attention et de disponibilité de la part du spectateur, mais c’est peu de dire que ça vaut le coup !

LA BANDE ANNONCE DU FILM


LE POIRIER SAUVAGE

LE POIRIER SAUVAGE

Film turc de Nuri Bilge Ceylan (2018 - 3h08min - V.O.S.T.)

avec Doğu Demirkol, Murat Cemcir, Bennu Yıldırımlar...

Passionné de littérature, Sinan a toujours voulu être écrivain. De retour dans son village natal d’Anatolie, il met toute son énergie à trouver l’argent nécessaire pour être publié, mais les dettes de son père finissent par le rattraper…

Le Méliès Jean Jaurès

mer 08jeu 09ven 10sam 11dim 12lun 13mar 14
15h00
20h15
15h00
20h15
15h00
20h15
15h00
20h15
15h00
20h15
15h00
20h15


mer 15jeu 16ven 17sam 18dim 19lun 20mar 21














@ Rappel de séance

Pour recevoir un email de rappel la veille puis le matin même :
1/ Cochez votre séance dans la grille
2/ Saisissez votre adresse email


Le Méliès Saint-François

mer 08jeu 09ven 10sam 11dim 12lun 13mar 14
Pas de séance cette semaine
mer 15jeu 16ven 17sam 18dim 19lun 20mar 21
Pas de séance cette semaine
mer 22jeu 23ven 24sam 25dim 26lun 27mar 28














mer 29jeu 30ven 31sam 01dim 02lun 03mar 04







@ Rappel de séance

Pour recevoir un email de rappel la veille puis le matin même :
1/ Cochez votre séance dans la grille
2/ Saisissez votre adresse email


En ce moment

LE FILM DU MOIS D'AOÛT Fermer