FOCUS : LE FILM DU MOIS DE JUIN

"TLE VENERABLE W."
Film français, suisse de Barbet Schroeder
(2017 - 1h40min - VOSTFR - dcp)

Après Général Idi Amin Dada (1974) et L’avocat de la terreur (2007), Barbet Schroeder part à Mandalay, en Birmanie, où il découvrit, à 20 ans, le bouddhisme. Une religion qui apprend à vivre sans haine. S’il n’a pas perdu la foi, le cinéaste ne croit cependant plus aux miracles. Le but de son voyage est de rencontrer un moine qui, tel un pompier pyromane, allume des incendies, attise les flammes d’un fanatisme meurtrier : le vénérable et pourtant détestable Wirathu. En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population a adopté le bouddhisme, religion fondée, comme nous le disions sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent. Ce type, c’est la haine tranquille ! Il fait peur, notamment parce qu’il parle avec la douceur d’un Bisounours et le sourire d’un ange. Sous ses allures de bonze, c’est une sorte d’héritier d’Hitler qu’on découvre petit à petit. Le vénérable W. est une œuvre incontournable, un documentaire exemplaire car méthodique. Avec toujours cette juste distance entre l’observation documentaire et la mise en scène cinématographique, Barbet Schroeder participe au réveil des consciences !
« La démonstration est magistrale. En menant son enquête, Barbet Schroeder s’interroge : « Les principes du bouddhisme doivent nous permettre de limiter les mécaniques du mal, dit un moine qui s’oppose à Wirathu. Dès lors qu’il y a violence, le bouddhisme est détruit. » Non seulement le bouddhisme n’a rien empêché ici, mais il est même devenu le cheval de Troie de l’horreur. Cette désolation pousse le réalisateur vers une méditation plus universelle – et très actuelle – sur le venin de la parole haineuse... qui pourra faire réfléchir jusqu’en France. C’est l’un des constats de la récente campagne présidentielle : la violence du discours peut détruire la démocratie et la paix. Pour Barbet Schroeder, chaque mot compte : les paroles détestables, que l’on tolère parce qu’elles paraissent ordinaires, font germer celles qui s’avèrent totalement insupportables. Et il est très vite trop tard. » Télérama

LA BANDE ANNONCE DU FILM


LE VENERABLE W.

LE VENERABLE W.

Film français, suisse de Barbet Schroeder (2017 - 1h40min - V.O.S.T.)

En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent.

Le Méliès Jean Jaurès

mer 24jeu 25ven 26sam 27dim 28lun 29mar 30
Pas de séance cette semaine
mer 31jeu 01ven 02sam 03dim 04lun 05mar 06
Pas de séance cette semaine
mer 07jeu 08ven 09sam 10dim 11lun 12mar 13














@ Rappel de séance

Pour recevoir un email de rappel la veille puis le matin même :
1/ Cochez votre séance dans la grille
2/ Saisissez votre adresse email


À partir du
mercredi 7 juin

LE FILM DU MOIS DE JUIN Fermer